“Envoyé spécial” enquête sur la campagne du candidat de la droite. C’est plutôt consternant!

Les discussions sur les sondages favorables au ministre-candidat sont tout à fait surréalistes. Elles montent en épingle un épiphénomène. La médiatisation des soit-disantes gaffes de la candidates est outrancière. Quand le candidat UMP se permet de commenter ce qui pourrait bien être un coup tordu d’un humoriste à sa solde, on a de quoi s’inquiéter. Le ministre-candidat use des procédés les plus honteux pour parvenir à ses fins : utilisation des moyens publics (déplacements ministériels, renseignements généraux), usurpation d’une fausse identité politique ( les références à la gauche et aux travailleurs). Tout cela est attristant. Je viens de regarder l’émission du jeudi « Envoyé spécial ». On présentait Sarkozy et son équipe. Tout est montage et coups fourrés. Une désolation cette approche de la politique qui en dit assez long dans un court métrage! Ségolène Royal qui tient bon sur ses valeurs saura dénoncer cette comédie quand viendra le temps des propositions. On verra alors qui peut être crédible vis à vis du monde du travail et qui peut incarner la République du respect.

X D- 01.02.2007 – 22h10

Chômage ; le gouvernement entre déni et bluff

par X D (IP:xxx.x50.67.37) le 30 janvier 2007 à  22H12 

Les deux méthodes de comptabilisation du chômage – celle de l’ANPE et celle de l’INSEE – sont bien complémentaires. Si le gouvernement a décidé sciemment de repousser la publication de l’enquête INSEE au motif qu’elle serait moins favorable pour l’appréciation de notre taux de chômage, il s’agit là d’un procédé inqualifiable et déshonorant. Le gouvernement se disqualifie avec de telles méthodes. C’est pourtant important la transparence dans la gestion du pays. Un gouvernement doit agir pour le bien commun et non pour des intérêts de boutique. La question du chômage, les problèmes de précarité ou d’insécurité professionnelle sont centrales. Vouloir les évacuer de cette façon relève du déni. Ce gouvernement n’est pas à la hauteur des enjeux. Sa seule réponse c’est le bluff. Ce bluff qui est la façon d’être du ministre-candidat UMP. Qui du gouvernement ou du candidat inspire de telles procédés ? Une chose est certaine: la réalité semble bien inavouable et le procédé impardonnable.

Le destin d’un maître penseur post soixante huitard : André Glucksmann annonce qu’il soutient Nicolas Sarkozy

Evoquant la gauche, sa « famille d’origine », qui « se croit moralement infaillible et mentalement intouchable », le philosophe annonce dans une tribune au Monde son soutien au candidat UMP.

André Glucksmann m’inspire peu de respect. Ce garde rouge des années soixante, repenti sous le giscardisme, anti-socialiste pendant les septennats de F. Mitterrand suit son implacable destin. Il avoue quelques états d’âme vite surmontés mais il exprime son total soutien à N. Sarkozy qu’il sent plus proche de sa famille d’origine, la gauche, nous dit-il. Ce prétendu philosophe n’en finira donc jamais de se poser en donneur de leçons. A quand la repentance du sarkozysme?

X D, le 29/01/07

Chômage : Emmanuelli dénonce la non publication officielle par l’Insee de la statistique du chômage.

 http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20070129.OBS9302/

Dans le Nouvel Obs

Henri Emmanuelli dénonce l’entreprise de falsification du niveau réel de chômage et s’interroge sur la non publication des chiffres de l’INSEE. Le gouvernement qui manipule les chiffres de l’ANPE en favorisant les sorties artificielles du « marché de l’emploi » n’a pas l’honnêteté de rendre publique l’enquête INSE qui constitue un bon indicateur du taux de chômage. Il est en porte en faux.
Les intérêts de la campagne prennent sans doute le pas sur le fonctionnement de nos institutions. « A quoi bon s’encombrer de scrupules? » disent-ils tout bas. C’est la méthode du déni gouvernemental qui rejoint celle du mensonge du candidat Sarkozy.

X D, le 29/01/07

Royal : Les propositions fiscales de Sarkozy sont “injustes et dangereuses”

 http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/elysee_2007/

Je suis d’accord avec Mme Royal qui dénonce la politique de M. Sarkozy et son projet de baisse des prélèvements obligatoires pour instaurer son bouclier fiscal à 50%. Mais pour la gauche qui devra conduire une politique fiscale audacieuse, la vraie question c’est celle de la croissance et donc en arrière plan, celle de la réorientation de l’Europe. Celle-ci peut être le levier d’une politique de croissance à condition de changer les orientations de la BCE et de favoriser une relance à l’échelle de l’Europe. Contre le dumping social et fiscal, pente naturelle du libéralisme il conviendrait de peser pour changer les règles du jeu.

X D, le 23/01/07

Vive le Québec

« les Québécois décideront librement de leur destin le moment venu ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/

Ségolène Royal ne commet aucun impair mais affirme avec toute l’authenticité qui la caractérise une sensibilité bien naturelle à l’égard du Québec. C’est un trait marquant de l’attachement de la France à cette nation et peut être aussi plus largement à la francophonie. C’est plutôt noble et çe n’est pas sans accent gaullien. A tout prendre c’est autre chose que les plates excuses de M. Sarkozy devant M. Bush à propos de la diplomatie française. Nous applaudissons Ségolène Royal. On ressent beaucoup de fraîcheur dans ses approches internationales équilibrées mais audacieuses.

X D, le 23/01/07

Nicolas Sarkozy veut abaisser le seuil du bouclier fiscal à 50%

http://www.liberation.fr/actualite/reuters/reuters_france/228481.FR.php

Nicolas Sarkozy a déclaré dimanche qu’il souhaitait abaisser le seuil du « bouclier fiscal » à 50% au lieu de 60% aujourd’hui. Tout un programme quand la France a besoin d’un bouclier social. Voilà la mesure phare qui éclaire tout le reste du programme. Et tout le reste n’est que balivernes et propos de café du commerce.

X D, le 15/01/07

Le discours cache-sexe du candidat libéral

Il vous l’affirme dans les yeux. « J’ai changé ». Bien conseillé M. Sarkozy veut se défaire d’une réputation encombrante qui ne fait plus recette. Comment masquer son ultra-libéralisme à une France en butte aux exclusions, au chômage, à la précarité et à la vie chère? Le candidat pousse l’audace jusqu’au sacrilège. Il a paraît-il osé citer Jaurès; l’homme de l’unité d’une vie toute entière tournée vers l’émancipation humaine. Nous ne ferons pas davantage écho aux applaudissements imbéciles de ceux qui l’écoutaient.

X D, le 14/01/07

Le bilan économique de la droite : une gestion totalement décalée au profit des plus riches

http://www.lexpansion.com/art/4424.152913.0.html

L’expansion tente un bilan de la politique économique du quinquennat. Ce dernier nous explique E. Heyer a connu une croissance chaotique. Le début du quinquennat est celui de l’explosion de la bulle internet (la net économie sur laquelle spéculaient tant de bons esprits et de boursicoteurs).Très vite, les déficits publics ont à leur tour explosés : de 48,8 Milliards d’euros en 2002 -soit 3,1% du PIB- à 66,6 Milliards en 2003 -soit 4,2% du PIB. Chirac s’entête à vouloir baisser les impôts des plus aisés alors que les besoins de dépenses sociales restent importantes. Le budget n’est pas au service de la relance. La croissance mondiale atteint 5% en 2004. Elle n’est que de 2,3 en France. Quelle erreur de pilotage! Le gouvernement s’est enlisé dans une baisse d’impôts pour les riches qui favorise l’épargne plus que la consommation.  Le commerce extérieur s’est également dégradé : +5 Milliards d’excédents en 2002, +26 Milliards de déficits en 2006. La politique de l’euro cher (cher aussi à nos libéraux et surtout cher pour les français qui en paient le prix!) fait ses ravages. Dans un cycle mondial favorable, la France connaît un déficit de 2,2% du PIB fin 2006, une dette qui se réduit. La situation du chômage (8,6% de la population active) n’est pas sans lien avec le traitement social du chômage (plan Borloo) selon Michel Didier. Les radiations de l’ANPE et l’augmentation du nombre de bénéficiares du RMI -du fait notamment du raccourcissement des délais d’indemnisation - minimisent de notre point de vue la portée sociale d’un tel plan.

Ces économistes dressent un constat pour le moins mitigé. On doit surtout regretter la perspective très libérale dans la conduite de la politique économique. Les salariés et les précaires en ont payé le prix fort quand les gouvernements se sont obstinés à sacrifier la croissance pour satisfaire des intérêts étroits ( la fameuse baisse des impôts promise par le candidat Chirac en 2002). La leçon de choses pour le retour de la gauche au pouvoir semble sur ce point avoir été comprise par le premier secrétaire du P.S . Il reste à la gauche beaucoup de chemin à parccourir pour s’émanciper des lieux communs du libéralisme : réorientation complète de l’Europe, politique industrielle, politique des revenus, politique sociale audacieuse etc. C’est un combat que la gauche devra mener au sein de l’Europe – en posant des exigences fortes – et sur le plan national. La politique a de beaux jours devant elle pour faire valoir ces arguments qui ne vont pas dans la pente de l’air du temps. 

X D, le 13/01/07

Le gouvernement contraint et démagogue

X D le 09/01/2007 à 00:36

http://www.lexpansion.com/art/4417.152759.0.html#42947

De deux choses l’une. Le règlement du problème des SDF relève d’une volonté politique, et que n’a -t-on alors agit plus tôt? Les causes des problèmes d’accés au logement trouvent leur source dans un entrelacs de difficultés économiques et sociales, et – dans ce cas –  quelles réponses de fond et d’ensemble pour éradiquer les situation d’exclusions?

Je ne saisis pas vraiment la cohérence du gouvernement dans ce dossier sauf à penser qu’il agit sans tirer de vraies leçons ou -ce qui est pire – qu’il promet en sachant qu’il ne changera rien.

X D

1...34567...12
  • août 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  

Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
MARS Centrafrique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le vécu Algérien
| Le blog-note de Catherine G...
| Blog "Ensemble, dynamisons ...