Les défis culturels républicains

Dans une excellente livraison du Monde Diplomatique du mois de juin, Serge Halimi explique “les recettes idéologiques du président Sarkozy” qui, à l’instar de Reagan, a su entreprendre et réussir un travail de reconquête des esprits. C’est cette capacité à légitimer les fondements d’une politique inique – en poussant l’avantage jusqu’au retournement de sens des valeurs républicaines tout en labourant le terreau de l’extrême droite – qui a égaré un grand nombre d’électeurs.

 Quand nous nous interrogeons sur le phénomène de droitisation en France, c’est en référence à ce déplacement de l’axe de gravité idéologique et non pour légitimer une tentation de recentrage de la gauche. Le rapport de forces découle de plusieurs facteurs mais la réussite d’une politique suppose une forte adhésion aux valeurs qui sous tendent un projet pour lui donner sens et agréger des forces pour lui donner forme. N Sarkozy, converti au concept d’hégémonie culturelle, cher à Gramsci, a gagné la bataille des idées dans  une entreprise méticuleuse de l’UMP. Il a décomplexé son camp. Le fruit de ce travail lui assure une capacité d’agir à droite. Pourtant sa légitimité pourrait pâtir du conflit d’intérêt entre la portée réelle de sa politique, toute à l’avantage des possédants, et l’attente d’une base électorale sociologique plus large, égarée dans les faux-semblants du candidat.

Cette défaite de la pensée doit interpeller la  gauche à la recherche  de nouvelles raisons d’agir. Il lui appartient de redéfinir ses valeurs  qu’elle avait partiellement  abandonnées à la droite  et d’afficher très clairement ses conceptions. L’appareil critique du citoyen, au coeur de la République, repose sur une vision ouverte et réfléchie à l’antithèse de ce que furent jadis les prétentions dogmatiques d’un  marxisme dévoyé et sclérosé. C’est au contraire  en puisant dans le précieux héritage de la synthèse républicaine et socialiste que la gauche saura concilier en toute liberté les principes d’égalité, de solidaridé et de laîcité pour contrer les vents dominants du néolibéralisme. C’est aussi par un travail de dépassement de clivages inopérants et de remise à plat des grands enjeux de notre siècle naissant, et ceci, à la lumière des recherches critiques en oeuvre aujourd’hui dans les sciences sociales.

Mais pour cela il faut une volonté et des capacités. Ce sera le débat d’après les législatives. En attendant on doit commencer ce combat en dénonçant avec force l’usurpation  et le détournement des valeurs tout en affirmant clairement  les nôtres quand la droite propose sans complexe de faire trinquer les salariés pour enrichir les dominants !

X D, le 5 juin 2007

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

  • mai 2008
    L Ma Me J V S D
         
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  

Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
MARS Centrafrique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le vécu Algérien
| Le blog-note de Catherine G...
| Blog "Ensemble, dynamisons ...